Monthly Archives: juillet 2017

Cette semaine, la cyberpolitique revient à la UNE des titres sur la gouvernance de l’Internet

Category : Accueil

En effet, le directeur de l’Agence de Sécurité Nationale des États-Unis, Mike Rogers, a rejeté la perspective de création d’une unité cybernétique américaino-Russie. Au demeurant, M. Poutine a déclaré à M. Trump lors de leur réunion du G20 que « les cyber-opérateurs de Moscou sont si bons dans les opérations de réseau informatique que, s’ils avaient infiltré le parti des Démocrates, il n’y avait aucun moyen qu’ils aient pu être détectés ». En outre, la décision du secrétaire d’État Rex Tillerson de clore le bureau du Coordonnateur des questions cybernétiques du Département d’Etat et de confier ses responsabilités au Bureau des affaires économiques et commerciales a provoqué de multiples critiques.
En outre, les pays des BRICS intensifieront la coopération en matière de sécurité de l’information, car les technologies de la communication numérique jouent un rôle de plus en plus important dans la croissance économique, ont déclaré les ministres des cinq pays dans un communiqué jeudi.
En plus, les accusations d’espionnage de la Chine peuvent forcer l’Australie à freiner les plans des îles Salomon pour un accès Internet stable, après que la petite nation du Pacifique ait embauché une société chinoise pour mettre un câble sous-marin connecté à Sydney, signalent les médias australiens
En ce qui concerne la protection des données, les autorités de l’Union européenne ont fait pression sur Facebook, Twitter et Google pour modifier leurs conditions d’utilisation afin de les aligner sur le droit de l’UE après que les propositions présentées par les géants technologiques ont été jugées insuffisantes.

En ce qui concerne la neutralité du net, le président du comité de l’énergie et du commerce des États-Unis, M. Greg Walden, a invité les PDG des grandes entreprises de technologie et de télécommunication à témoigner devant le Congrès au sujet de la neutralité du net lors d’une audience prévue pour septembre.
Sur le cryptage, l’Australie est devenue le premier pays à proposer de nouvelles lois qui obligent les entreprises technologiques, comme Apple et Facebook, à aider la police à décoder les messages chiffrés dans les enquêtes criminelles ou terroristes.

Sur le commerce électronique, le fondateur d’Alibaba et le président exécutif Jack Ma ont annoncé la création d’un Fonds africain pour les jeunes entrepreneurs d’un montant de 10 millions de dollars américains, lors du sommet Youth Connekt Africa co-organisé par la CNUCED et le Gouvernement rwandais.
Sur l’intelligence artificielle, deux des plus grands titans de technologie de Silicon Valley ont débattu publiquement du potentiel de l’intelligence artificielle cette semaine: Mark Zuckerberg est optimiste contrairement à Elon Musk.
En ce qui concerne les événements, nous notons le Forum Africain du DNS, le FGI de l’Afrique de l’Ouest et le FGI de l’Asie Pacifique.
Ci-dessous, des informations sur ces sujets et événements, ainsi que sur la documentation sur ICANN, IPv6, nom de domaine.

Bonne lecture…


Jeux de la Francophonie, création numérique : UNE MEDAILLE D’ARGENT POUR BOUBACAR BABLE DRABA

Category : Accueil

Dans le concours de création numérique, le Mali est monté sur la deuxième marche du podium. Boubacar Bablé Draba a remporté la médaille d’argent. Au départ, 16 concurrents étaient en lice. Mais la finale a mis aux prises 5 concurrents : Québec, Liban, Fédération de Wallonie-Bruxelles, Canada et Mali. Notre compatriote, Boubacar Bablé Draba était le seul Africain en finale. Lors de cette ultime étape, mardi, chaque candidat a exposé sur un sujet de société. Le Malien, très confiant et très inspiré, a présenté son œuvre intitulée : «Ville peinte». Une vidéo d’art avec beaucoup d’harmonie et de couleurs. Cela signifie que chacun est unique dans son genre, qu’ensemble on peut former un tout. « C’est dire que les différentes ethnies du Mali peuvent s’unir pour former un grand ensemble. C’est un hymne à la paix et à la cohésion sociale », explique Boubacar Bablé Draba.
L’auteur utilise beaucoup de couleurs pour expliquer la pluralité linguistique, culturelle et ethnique de son pays, le Mali. Tout cela réuni forme un bel ensemble et une parfaite harmonie. Dans son œuvre, l’auteur apporte sa contribution à la réalisation de ce qui nous est le plus cher, un Mali un et indivisible.
L’assistance, émerveillée, a applaudi chaudement la prestation. Notre compatriote a été ovationné, pendant des longues minutes, à la fin de sa présentation. Dans la salle, les spectateurs commencèrent alors à murmurer son nom pour la plus haute marche du podium. Mais le jury a classé Boubacar Bablé Draba 2è et lui a octroyé la médaille d’argent.
Cette première présentation de l’artiste en dehors du pays est couronnée de succès. Ce qui lui ouvre des perspectives pour une carrière qui s’annonce prometteuse. « C’est un grand honneur pour moi d’avoir obtenu cette médaille d’argent pour le Mali. Cela prouve que la technologie n’est pas qu’en Europe et que l’Afrique, aussi, a des capacités », s’est réjoui Boubacar Bablé Draba.

Ladji M. DIABY


Exploitants des télécommunications aéronautiques : LA NECESSAIRE ADAPTATION AUX TIC

Category : Accueil

Le secrétaire général du ministère des Transports, Sina Sanogo, a présidé hier au siège de l’Agence nationale de l’aviation civile (ANAC), le 3è congrès ordinaire de la Fédération des associations professionnelles des exploitants des télécommunications aéronautiques (FAPETEL).
« L’exploitation des télécommunications aéronautiques face à l’évolution des technologies à l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA) », tel était le thème de ladite rencontre.
Y étaient présents, le président du bureau du collectif des représentants des travailleurs de l’ASECNA (BCRT), Abani Moustapha, son collègue président de la FAPETEL-Burkina Faso, Zoringre Pepin et de nombreux membres de la FEPATEL.« La présence effective de l’ensemble des participants et des représentants des Etats membres de l’ASECNA montrent à suffisance l’intérêt que revêtent les présentes assises », a déclaré Sina Sanogo, à l’entame de son intervention. De son point de vue, les secteurs d’activités, à savoir la santé, la sécurité, le commerce, l’industrie et les modes de transports dépendent tous de la télécommunication. Parlant du thème, le secrétaire général du ministère des Transports soutient que celui-ci permettra aux congressistes de « sensibiliser la direction générale de l’ASECNA sur les problématiques relatives à l’évolution technologique récente et à analyser leur impact sur le travail de la télécommunication ». Sina Sanogo a rappelé que, depuis un certain temps, l’ASECNA, dans le cadre de la fourniture des services de la navigation aérienne, s’est engagée dans le système de management de la sécurité et de la qualité. Ce système, ajoutera-t-il, a été étendu de manière intégrée à la sureté, à l’environnement, à la sécurité et à la santé au travail. S’adressant à la FAPETEL, il a soutenu que les professionnels des télécomunications doivent, entre autres, s’adapter à l’amélioration des performances, l’uniformisation des procédures de travail et la qualité des services rendus aux abonnés locaux et distants. Mais aussi s’adapter à l’écoute des clients et à l’amélioration continue des prestations.
Le secrétaire général du ministère des Transports a, par ailleurs, saisi l’occasion pour inviter les participants à la réflexion pour l’atteinte des objectifs assignés à l’ASECNA dans le domaine de la télécommunication. Et cela, dit-il, pour le bien-être des partenaires, la satisfaction des usagers ainsi que la correction et l’acheminement des messages aéronautiques.
Le président de la FAPETEL-Burkina Faso a rappelé que la Fédération a été créée le 2 décembre 2000 à Cotonou. La rencontre devait permettre aux exploitants des télécommunications aéronautiques de se pencher sur le bilan du mandat qui s’achève et refaire un nouveau projet pour l’avenir.

Mariam F. DIABATÉ


Sommet de Transform Africa : L’Afrique prépare sa révolution numérique à Kigali

Category : Accueil

De nombreux chefs d’Etat sont présents dans la capitale rwandaise pour participer à cette rencontre dont l’agenda comprend le forum des leaders, le conseil d’administration de Smart Africa et des sessions consacrées aux villes africaines et aux jeunes

Le président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, est arrivé mercredi en début de soirée à Kigali, en compagnie de son épouse Mme Keïta Aminata Maïga, pour participer au 3ème sommet Transform Africa ayant comme thème principal : « Villes intelligentes, développement accéléré ». Les travaux se déroulent au « Convention Center Auditorium » de Kigali sous la présidence du chef de l’Etat rwandais, Paul Kagamé.

Le président Keita a pris part, hier, au forum des leaders, en compagnie de nombreux autres chefs d’Etats et des Premiers ministres. Chacun des dirigeants présents a exposé l’expérience de son pays en matière d’avancées enregistrées dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (TIC). La vice-présidente de la Zambie, Mme Inonge Wina, le président du Niger, Mahamadou Issoufou, le président du Djibouti, Ismaïla Omar Guelleh, le Premier ministre du Gabon, Emmanuel Issoze Ngondet, le Premier ministre de Sao Tomé-et-Principe, Patrice Travoada, ont tour à tour expliqué les actions menées dans leurs pays respectifs dans le domaine des TIC.

L’hôte du sommet, le président Paul Kagamé, dira à son tour que la transformation numérique est similaire aux autres transformations, mais elle va de manière beaucoup plus rapide. Il a ensuite estimé qu’il y a de l’espoir et qu’il faut aller graduellement. Paul Kagamé a incité ses pairs à investir davantage dans les TIC et dans la promotion des jeunes talents africains. Dans son intervention, le président Ibrahim Boubacar Keïta a rendu hommage au président Kagamé. Il s’est dit par ailleurs, heureux du soutien de Paul Kagamé à notre compatriote Hamadoun Touré, directeur exécutif de Smart Africa et ancien secrétaire général de l’Union internationale des télécommunications (IUT). « Il ne s’agit pas de noircir pour africaniser, il s’agit d’africaniser à hauteur de compétences », a souligné le chef de l’Etat. Il a ensuite souligné que le Mali est un pays très enclavé et très vaste et que le gouvernement a fait le choix de faire du secteur agricole, le moteur de son développement en octroyant 15% du budget national au développement de l’agriculture.

Pour le président de la République, la bonne production agricole qui en résulte serait vaine s’il n’existait pas de voies et de moyens de communication pour relier les zones de grande production à celles qui sont déficitaires. «Grâce aux nouvelles technologies, nos paysans ont réussi à mettre en place, une bourse agricole pour communiquer et échanger. Dans le temps, nous avions des stocks qui pouvaient pourrir au soleil. Aujourd’hui, de moins à moins nous voyons cela », a expliqué le chef de l’Etat. Evoquant les infrastructures, Ibrahim Boubacar Keita a indiqué qu’aujourd’hui, plus de 9000 kilomètres de fibre optique ont été installés et 2000 sont en construction. « Nous avons aussi dans notre souci, lié à ce secteur très promoteur qui est l’avenir, compris qu’il fallait encourager l’innovation et la création des facilités. C’est pourquoi nous travaillons sur la création de 60 startup dans les mois à venir. Tout cela pour dire que nous croyons à cette révolution numérique ».

Le chef de l’Etat a également évoqué les progrès de la télémédecine dans notre pays et la suppression récente des frais de roaming entre le Mali, la Côte d’Ivoire, la Guinée et le Sénégal. Après cette session d’échanges, les chefs d’Etat ont visité les stands d’exposition qui proposent des services dans les secteurs connexes comme les infrastructures, les finances, la santé, l’éducation, l’énergie, la sécurité, etc. Dans l’après-midi, le président de la République a pris part aux travaux de la 5ème session du conseil d’administration de Smart Africa, avant de faire une intervention à la session des maires consacrée aux villes africaines et aux jeunes. Aujourd’hui vendredi, il est prévu le sommet Smart Africa des Premières dames.

Le ministre de l’Economie numérique et de la Communication, Arouna Modibo Touré et son collègue de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, Mme Keïta Aida M’Bo, le directeur général de l’Agence des technologies de l’information et de la communication (Agetic), Hamed Salif Camara, le président de l’Association des municipalités du Mali, Boubacar Ba dit Bill, ainsi que certains maires de Bamako, prennent part au rendez-vous de Kigali qui vise à mettre les TIC au centre des programmes nationaux de développement socio-économique des États membres tout en améliorant l’accès à ces technologies, en l’occurrence la large bande.

Essor